Au Japon, des tampons à encre invisible pour lutter contre les frotteurs dans le métro

Au Japon, l’entreprise Shachihata, spécialisée dans la vente de tampons et d’objets de bureaux, a commercialisé un tampon nouvelle génération, qui pourrait permettre de lutter contre le harcèlement sexuel dans les lieux publics – et notamment dans le métro.

Celui-ci permet de marquer les frotteurs à l’encre invisible : seule une lumière spéciale peut révéler la présence de la marque qui s’apparente à une petite main.

Il est encore tôt pour savoir si ce tampon permettra de lutter efficacement contre le harcèlement et les frotteurs, mais une chose est certaine : nombreuses sont les entreprises japonaises à tenter de lutter contre ce fléau. Plus tôt cette année, une application avait beaucoup fait parler d’elle : appelée Digi Police, celle-ci permet, dans les transports en commun, d’envoyer un message vocal à plein volume ou l’apparition sur l’écran d’un message SOS visible des voisins de rame, disant : « Il y a un agresseur. Aidez-moi ». Quelques jours seulement après sa mise en ligne, l’application avait déjà été téléchargée plus de 237 000 fois, un chiffre inhabituellement élevé pour un programme de service public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.