Allemagne: inaugure la première autoroute électrique permettant aux camions de se recharger en toute mobilité

Des camions comme des trains ou des trolleybus. C’est ce qui me vient à l’esprit lorsque nous regardons les images des 10 premiers kilomètres de la «eHighway» ouverte hier en Allemagne, près de Francfort, sur l’autoroute A5.

Il s’appelle Elisa (acronyme de Electrified, Innovative Heavy Traffic sur l’autoroute) et s’agit d’un projet révolutionnaire de mobilité électrique dont l’expérimentation pratique a débuté sur les autoroutes allemandes, au cœur d’un trafic réel.

Les camions hybrides, se raccordant à des câbles aériens spécifiques à courant continu de 670 volts, similaires à ceux des trains, peuvent recharger leurs batteries lorsqu’ils sont en mouvement, réduisant ainsi leur puissance de fonctionnement.

Une « magie » électrique qui se réalise grâce à des barres conductrices spéciales montées sur les toits des cabines des camions qui, pour bénéficier de la charge en mouvement, ne doivent pas dépasser 90 kilomètres par heure de vitesse.

Une fois connectés, les gros camions défilent en mode « entièrement électrique », tandis qu’ils retirent les câbles suspendus et retournent à leurs moteurs hybrides.

Cette « autoroute électrique » pour poids lourds pourrait représenter une véritable révolution écologique. Selon le ministère allemand des Transports, jusqu’à 80% du trafic lourd national pourrait bientôt devenir électrifié et n’émettre aucune émission.

Un objectif souhaitable, notamment dans le but de proposer un réseau d ‘ »autoroutes en ligne » aussi étendu que possible, utilisé peut-être pour relier les ports de mer aux grandes villes.

À cet égard, deux autres tronçons d’autoroute électrique sont déjà en construction: l’un dans le nord de l’Allemagne, dans le Schleswig-Holstein, l’autre dans le sud-ouest du pays, plus précisément dans le Bade-Wurtemberg.

Le tronçon spécial de route électrifiée ouvert à Francfort a coûté 14 millions d’euros au gouvernement allemand et sera mis à l’essai jusqu’en 2022. Au cours de cette période, les coûts et les données sur la pollution et les économies d’énergie seront analysés.

La réalisation a été confiée à Siemens et a également collaboré avec Scania et Volkswagen. C’est précisément auprès de Siemens qu’ils ont fait savoir que de telles structures permettraient d’économiser environ 20000 euros de carburant par camion hybride par 100 000 kilomètres parcourus.

Par conséquent, de grands espoirs et des ambitions considérables pour un projet qui aidera l’Allemagne à atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2020, de 55% d’ici 2030 et jusqu’à 95% d’ici 2050.

Ce sont des technologies comme celle-ci qui sont de bon augure pour un avenir plus attentif à la durabilité et à la qualité de l’air.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.